Pour Matt Damon, « Promised Land » est la version cinéma de « Wrecking Ball » de Bruce Springsteen

En assistant l’autre soir à une avant-première de Promised Land, film de Gus Van Zant dont le scénario a été co-écrit par Matt Damon, on s’était amusé de son titre springsteenien (pour ceux qui débarqueraient par hasard sur ce blog, rappelons que The Promised Land est un des hymnes du Boss) et du fait qu’un des personnages chante Dancing In The Park dans un bar.

Pour autant, l’influence de Bruce Springsteen sur ce film de fiction consacré aux gaz de schiste (dans les salles françaises le 17 avril 2013) semblait se limiter à ces deux éléments somme toute anecdotiques : la « terre promise » est un thème banal, surtout aux Etats-Unis, et le chanteur du New Jersey est sûrement l’un des plus souvent repris dans les bars outre-Atlantique.

Mais voilà que, ce dimanche, Matt Damon révèle dans un article de l’Observer (quotidien du 7e jour britannique) qu’il considère « son » film (Gus Van Zant n’est même pas cité dans ce papier…) comme une  « expression visuelle » de Wrecking Ball, le dernier album en date de Bruce Springsteen. Selon Damon, leur point commun est en effet la recherche de l’« identité américaine » et le refus de la destruction des « petites communautés », du New Jersey chez Springsteen, de la campagne de Pennsylvanie chez Damon.

Car Promised Land n’est pas un film militant sur les dangers du gaz de schiste, mais une description assez fine – malgré une overdose très américaine de bons sentiments – des stratégies utilisées par les compagnies productrices (dont Matt Damon, impressionnant de densité dans son jeu, et la toujours excellente Frances McDormand campent deux des démarcheurs sur le terrain) pour signer des contrats d’exploitation avec des propriétaires terriens, et de la façon dont les habitants d’un « small town » se mobilisent pour refuser cette manne annoncée. Dans la lignée des films de Frank Capra, Promised Land est aussi l’histoire de la transformation progressive d’un « honnête homme » qui finit par se révolter contre le rôle qu’on veut lui faire jouer (à la faveur d’un rebondissement dont on laisse la surprise à ceux qui iront voir ce film) et ne veut plus dès lors être, comme dirait Bob Dylan, juste un pion dans leur jeu (Only A Pawn In Their Game)…

Au fil de l’article de l’Observer, on apprend aussi que, dans son enfance, Matt Damon a eu comme baby-sitter l’historien contestataire Howard Zinn, ami de ses parents. Or, Zinn, récemment disparu, est l’auteur de A People’s History Of The United States, qui se trouve être un des livres de chevet de Bruce Springsteen. Les connexions Damon/Springsteen ne s’arrêtent pas là, puisque Matt Damon cite parmi ses influences pour l’écriture de Promised Land un film britannique de 1983, Local Hero, dont le titre est aussi celui d’une chanson de Bruce Springsteen…

En revanche, Gus Van Zant n’est pas le cousin ou le frère de Steve Van Zandt, alter ego de Bruce Springsteen…

Ci-dessous, The Promised Land en request à Sydney le 20 mars dernier.

.

NB  : Merci à l’association La Ruche de Vanves, à l’origine du festival Cinéma-Ecologie de Vanves, pour l’invitation à l’avant-première de Promised Land organisée par le cinéma Grand Action.

About these ads

Une Réponse to “Pour Matt Damon, « Promised Land » est la version cinéma de « Wrecking Ball » de Bruce Springsteen”

  1. Pour Matt Damon, « Promised Land » ... Says:

    [...] En assistant l'autre soir à une avant-première de Promised Land, film de Gus Van Zant dont le scénario a été co-écrit par Matt Damon, on s'était amusé de son titre springsteenien (pour ceux qui déb…  [...]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :