Premières impressions sur le coffret « Darkness on the Edge of Town » de Bruce Springsteen

Le coffret Darkness on the Edge of Town de Bruce Springsteen tient-il sa… Promise ? Premier éléments de réponse.

Ce box set se distingue d’abord par sa présentation en « scrapbook » à spirales, à la fois sobre et élégant. On y découvre entre autres des notes manuscrites de Bruce Springsteen (comme par exemple ce pense-bête : « Rent Badlands movie »), des paroles de chansons, des photos et des documents d’époque. Chacun des six disques se loge à une place spécifique à l’intérieur du coffret. Les textes des chansons du double CD The Promise figurent sur un livret à part. Grâce à sa couverture pseudo-usée, on a l’impression que le scrapbook appartient vraiment à Bruce Springsteen, et qu’on est le seul à le compulser…

Premier élément du coffret, une version remastérisée de l’album original Darkness on the Edge of Town. Ce CD bénéficie d’un son excellent, bien supérieur à celui de la réédition japonaise de 2005, qui, contrairement aux affirmations du Monde, n’avait pas été remasterisée.

La comparaison avec le double CD The Promise, deuxième élément du box set, est sans appel : magnifiquement composé, le Darkness original surclasse de loin les titres restés inédits. Comme ce blog l’a déjà souligné, The Promise donne une étrange impression de Retour vers le futur, puisqu’il s’agit de chansons composées en 1977 réenregistrées en 2010. The Promise récèle certes des merveilles, à commencer par la chanson-titre, même si la version incluse dans Tracks me semble supérieure… The Brokenhearted est une poignante ballade à la Roy Orbison. D’autres titres se distinguent, comme Save my love, Ain’t good enough for you ou The Way, titre caché à la fin du 2e CD. Les fans seront passionnés par les versions inédites de Racing in the Streets, Because the Night, Fire ou Rendezvous, ou encore par Candy’s Boy, ancêtre de Candy’s Room. Mais le reste de ce double album abonde en chansons moyennes, comme Someday (we’ll be together) ou Come on (let’s go tonight). Une relative déception donc, mais qui confirme a posteriori la justesse des choix de Bruce Springsteen pour Darkness on the Edge of Town.

Une « pièce de résistance  » (nom d’un mythique bootleg) du box set est incontestablement son 3e élément (en DVD ou Blu-ray) : le documentaire The Promise : the making of Darkness on the Edge of Town. Basé sur des images inédites d’époque et sur des interviews récentes, ce doc passionnant nous raconte la difficile gestation de l’album, handicapée par le procès qui opposait alors Bruce Springsteen à son manager Mike Appel. On y découvre à quel point cet album fut composé d’une façon quasi-cinématographique par un Bruce Springsteen soucieux jusqu’à la maniaquerie de tous les détails, depuis la sélection et l’ordre des chansons jusqu’à la photo de couverture en passant par le mixage du son.

Le 4e disque (en DVD ou Blu-ray) comprend la vidéo du « concert » (sans public) au Paramount Theatre d’Asbury Park en décembre 2009, où le E Street Band a joué l’intégralité de l’album Darkness on the Edge of Town. Le son et l’image sont exceptionnels. Quant au concert, il semble excellent si l’on en juge par les premiers titres (je ne l’ai pas encore visionné en entier). Un ensemble de démos et d’extraits de concerts filmés entre 1976 et 1978 – dont la version 1976 de Save my Love diffusée sur le net – complète ce disque (on y revient quand on les aura visionnés).

Le dernier disque (en DVD ou Blu-ray) se révèle comme la deuxième « pièce de résistance «  de ce box set, avec l’intégralité du concert du E Street Band à Houston en 1978. Un show époustouflant tout au long de ses trois heures, avec des versions formidables de Prove it all Night ou Rosalita. Choix très probablement délibéré, l’image n’a pas été « nettoyée » et évoque certains concerts en VHS. Comme disait le Capitaine Haddock, on a du shimmy dans la vision…

Ultime remarque, le mini-poster et le tee-shirt offerts en « bonus » pour ceux qui commandent le coffret sur le site de Sony sont sympathiques, sans plus…


 

 

3 thoughts on “Premières impressions sur le coffret « Darkness on the Edge of Town » de Bruce Springsteen”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s