Hyde Park, Springsteen, McCartney et la fable des micros coupés par la police

En quelques heures, la « nouvelle » s’est répandue comme une traînée de poudre sur internet : la police aurait coupé les micros au nez de Bruce Springsteen et Paul McCartney lors du concert du 14 juillet 2012 à Hyde Park.

photo Kozmedia

 

La police, vraiment ? Un article du Telegraph (l’un des seuls organes de presse à avoir procédé à un minimum d’enquête sur le sujet) nous apprend pourtant que la police londonienne n’est pour rien dans cette décision à coup sûr malheureuse. Pas plus d’ailleurs que les services de sécurité, eux aussi parfois mis en cause. Selon le Telegraph, le choix de « débrancher » est le fait des organisateurs du festival, Live Nation, qui s’étaient vus « rappeler » par un officiel du conseil municipal, présent dans la « control room », que l’heure du couvre-feu avait été dépassée .

Le Telegraph nous indique aussi que la décision d’imposer un couvre-feu à Hyde Park ne résulte pas d’un quelconque complot contre le rock et les « jeunes » (qui, au moins sur scène, dépassaient pour la plupart le cap de la soixantaine), mais des plaintes récurrentes des riverains gênés par le bruit de ces méga-concerts. Les organisateurs craignaient que leur licence soit purement et simplement annulée.

Alors, plutôt que de pester religieusement contre la « répression policière » (de ce point de vue et même si l’on peut comprendre sa rage, Steve Van Zandt a raté une occasion de se taire en se demandant sur Twitter si l’Angleterre était devenue un « Etat policier »), mieux vaut, comme le fait ce matin Bryan Ferry, s’interroger sur l’opportunité de continuer à organiser des concerts à Hyde Park, avec un son qui indispose les habitants de ce quartier de Londres sans pour autant satisfaire le public très remonté (si l’on en juge par les commentaires sur les forums) contre la médiocre qualité sonore du show, sans parler des médiocres conditions d’accueil.

Cette affaire nous en dit également long sur les ravages de l’information sur internet, où tous les sites (y compris ceux de médias réputés sérieux) reprennent sans la vérifier la fable d’une intervention policière contre deux légendaires papys du rock, dont les prestations (d’après ce qu’on peut en juger sur YouTube) furent au demeurant exceptionnelles.

2 thoughts on “Hyde Park, Springsteen, McCartney et la fable des micros coupés par la police”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s