« The River », le coffret, la tournée, la communauté

Le 4 décembre 2015 peut déjà s’incrire comme une date importante dans la saga de Bruce Springsteen. A la sortie (prévue) du coffret The Ties That Bind, consacré à son album The River, s’est ajoutée l’annonce d’une tournée (uniquement nord-américaine pour l’instant) de 24 concerts à partir du 16 janvier 2016, intitulée… The River Tour.

Bien sûr, les esprits chagrins regretteront que cette tournée soit dédiée non pas à un nouvel album, mais à un disque vieux de 35 ans. Pour notre part, on les laissera grincer des dents et on se réjouira que Bruce Springsteen soit enfin de retour de scène avec le E Street Band. On croisera les doigts pour une  ‘jambe » (leg) européenne qui prolongerait ce tour, tout en notant avec plaisir que les concerts seront vite disponibles en téléchargement sur le site officiel de Bruce Springsteen.

Quant au coffret, on saluera d’abord l’excellence de sa présentation. Elégamment relié, le livre offre un bel ensemble de photos d’époque (souvent légendées de la main de Bruce lui-même) et de documents sur l’album (copies d’articles, backstage passes, etc.). Un cahier rouge nous donne les paroles d’un certain nombre de titres de l’album (surtout des outtakes comme Cindy ou The Man That Got Away), avec (parfois) une version préliminaire en manuscrit et la version (plus ?) définitive tapée à la machine (The River date d’avant la généralisation du traitement de texte !).

Mais le coeur de ce coffret, c’est bien sûr la musique. On s’est d’abord rué sur le CD d’outtakes, où, à côté de titres familiers comme Roulette ou Restless Nights, on a (re?) découvert de somptueuses raretés telles Cindy, Chain Lightning ou les excellents Meet Me In The City et Party Lights sortis sur le net en avant-première du coffret.

Autre bijou qu’on a écouté ensuite : le CD présentant l’album The Ties That Bind que Bruce Springsteen avait préparé, puis renoncé à sortir au début de 1980 sous forme de 33 tours, avant de se remettre au travail pour publier quelques mois plus tard le double album The River. Dix titres seulement, dont Cindy et Loose Ends qui ne figureront pas dans The River, et des versions préliminaires de chansons qui seront rescapées, à commencer par The Ties That Bind et The River.

On avoue ne pas encore avoir pris le temps de visionner l’ensemble du concert de Tempe (Arizona). Mais si l’image est vintage, le son a été remasterisé d’une façon qui nous semble exemplaire et ce show dégage une incroyable énergie communicative, auxquels même ceux qui connaissent mal Bruce Springsteen ne pourront rester insensibles. En particulier, les versions de The Promised Land ou Two Hearts sont magnifiques. Notons aussi l’inclusion (qui avait échappé à nos radars) en bonus vidéo de cinq titres des répétitions de la tournée (River Tour rehearsals).

Ce coffret renferme aussi les deux CD de la version définitive de The River. On ne les a pas encore écoutés, mais a priori il s’agit de la remastérisation sortie il y a un an en CD et vinyle.

Mais la vraie surprise de ce coffret est le documentaire The Ties That Bind de Thom Zimny. Dans une interview récente, Bruce Springsteen raconte par le menu la genèse de The River. Il explique son rejet de l’album simple The Ties That Bind par le fait qu’il n’était pas assez dynamique et qu’il voulait à travers un double album recréer l’ambiance et la variété d’un concert en introduisant des titres « pub rock » absents de la version préliminaire comme Cadillac Rock ou Ramrod. Ce documentaire se distingue aussi par l’inclusion de très belles versions acoustiques de chansons de l’album, dont The Ties That Bind, filmées récemment dans la cour et la cuisine de la propriété new jersaise de Bruce Springsteen.

A la fin du documentaire, Bruce Springsteen explique que la confection de The River avait  été pour lui une façon pour lui de lutter contre ses démons intérieurs et sa tendance à se recentrer sur ses problèmes personnels (dont, même s’il ne dit pas explicitement, l’album The Ties That Bind  constituait une manifestation), et de créer un sens de la communauté à travers des thèmes plus sociaux.

Voilà pour maintenant. On y reviendra sans doute et on attend vos critiques et commentaires !

Ci-dessous, la vidéo de Out In The Street, extraite du concert de Tempe (Arizona).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s